Ma sage femme et moi partie1

Il y a quelques temps de cela je vous ai demandé si vous seriez intéressés à ce qu’une sage-femme réponde à vos questions notamment autour de la parentalité. Je voulais au départ user du terme « maternité », mais je crois qu’il est important de se rappeler que lorsqu’un couple accueil un enfant il est principalement question de parentalité. Et cette parentalité existe aussi quand l’enfant est encore au chaud dans le ventre de sa mère.

Donc, Hélène sage-femme de la page Les carnets d’une sage-femme a répondu de manière positive quand je lui ai proposé de répondre médicalement à vos questions et suis très reconnaissante du temps qu’elle m’a accordé. C’est pourquoi j’écrirais aujourd’hui de façon exceptionnelle en caractère italique pour que vous puissiez différencier les réponses d’Hélène et les miennes. Il y aura plusieurs parties comprenant notamment la grossesse, l’accouchement et le suivi post partum pour que l’article ne soit pas trop long à lire en une fois alors restez connecté pour lire l’intégralité ! Cela ne concerne pas seulement la femme qui vit cette étape mais aussi son compagnon qui pourra très certainement trouver des réponses.

LA SAGE-FEMME, QUI EST-ELLE ?

– Qu’est-ce qu’une sage-femme ? Qu’est-ce qui la différencie d’un gynécologue ?

Pour être sage-femme (ou maïeuticien(ne)), il faut passer par la 1ere année de médecine et choisir la spécialité Maïeutique. S’en suivent 4 ans de spécialité sage-femme, avec des cours et de nombreux stages.

Ce qui nous différencie des gynécologues, c’est qu’une sage-femme a la pleine compétence de s’occuper des patientes pour qui le suivi est physiologique, par contre elles orientent vers le gynéco ou l’obstétricien quand elle décèle une pathologie.

En gros, si tout va bien, une patiente n’est pas obligée de voir de gynéco.

– La sage-femme est-elle exclusivement réservée aux femmes enceintes ou ayant accouchées ?

Très bonne question !

La sage-femme peut s’occuper du suivi gynécologique (frottis, contraception…), du suivi de grossesse (consultations, préparation à la naissance..), de l’accouchement, de la surveillance à domicile de la jeune maman et de son bébé, du suivi de l’allaitement, et de la rééducation du périnée par la suite.

Donc une patiente n’ayant jamais accouché peut faire son suivi gynéco chez une sage-femme.

– Si non, quand et pourquoi consulter une sage-femme ?

Je pense avoir répondu dans la question précédente 😉

Vous l’aurez donc compris, la sage-femme peut être consultée par des femmes n’ayant aucun enfant.

Pour ainsi dire, la sage-femme est certes plus connue pour sa présence au près d’un couple, d’une femme lors de la grossesse et la suite, mais il est tout à fait possible de la consulter pour un suivi gynécologique. Cela doit être bien pratique surtout pour les personnes plus proches géographiquement d’une sage-femme que d’un gynécologue. La suite dans le Volume 2, nous parlerons cette fois ci de grossesse !

LA GROSSESSE

– Quels suivis offre une sage-femme pendant la grossesse ?

Pendant la grossesse, la sage-femme peut réaliser le suivi (consultations tous les mois), les échographies si elle y est formée (c’est un diplôme en plus des études, le même que pour les gynécos), et la préparation à la naissance.

A titre personnel, pendant ma grossesse j’ai été suivie et par une sage-femme et par un gynécologue compte tenu des risques de naissance prématurée que je présentais. Ma sage-femme venait quotidiennement chez moi pour me faire un monitoring, contrôler l’évolution de mon col qui était déjà ouvert et me donner des cours à la préparation à l’accouchement.

– Comment le futur papa ou la future maman peut participer activement pendant la grossesse ? De sorte à ce qu’il/qu’elle ne se sente pas mis(e) à l’écart, qu’il/qu’elle soit aussi un acteur principal de cet évènement.

Les papas (ou 2e mamans) sont toujours les bienvenu(e)s lors des consultations ou pendant les séances de préparation à la naissance, de sorte qu’ils puissent s’investir comme ils le veulent. Il existe d’ailleurs des préparations à la naissance qui se font exclusivement en couple (je pense notamment à la méthode Bonapace), là par contre il faut des conjoints qui ont vraiment envie de s’investir ! (ce n’est pas le cas à chaque fois).

C’est vrai tout le monde ne s’investit pas forcément. De mon côté Johan a été très présent pendant ma grossesse, nous avons fait tous nos cours de préparation à la naissance ensemble et même lorsque j’ai été alitée à l’hôpital il a tenu à dormir tous les soirs dans ma chambre sur un tout petit lit pour me surveiller, il m’a assistée dans toutes les étapes de la grossesse.

– Les petits maux de la grossesse, pouvez-vous nous en parler brièvement et nous glisser quelques conseils pour les affronter ?

Hum, si on parle douleurs ligamentaires ? Fuites urinaires ? nausées/vomissements ?

Pour les douleurs ligamentaires, ce ne sont pas des contractions, c’est simplement l’utérus qui grossit et tire sur tous les ligaments qui le relient aux autres organes etc.., il n’y a pas de recette miracle, mais le port de la ceinture PHYSIOMAT peut vraiment alléger. Attention, je déconseille fortement les ceinture de grossesse ou pire les ceintures lombaires, qui quand elles ne servent pas simplement à rien viennent faire diminuer la musculature et empirent le problème..

Pour les fuites, il est possible de réaliser de la rééducation du périnée pendant la grossesse si c’est nécessaire, n’hésitez pas à en parler à votre sage-femme qui pourra dans le cas où c’est modéré, vous expliquer quelques exercices à faire vous-mêmes pendant le reste de la grossesse.

Pour les nausées/vomissements, certains produits à base de gingembre fonctionnent bien de manière générale, vous pouvez en acheter frais et le faire infuser dans de l’eau chaude plusieurs fois par jour, normalement au bout d’1/2h environ ça va déjà mieux. Encore une fois, si ça ne suffit pas, parlez-en à votre SF ou votre médecin.

– Certaines femmes ont du colostrum pendant la grossesse. Qu’est-ce que c’est ? Dois-je m’inquiéter ?

Le colostrum durant la grossesse peut faire peur, mais enfaite c’est juste la marque que votre corps se prépare à la lactation. Cela ne veut rien dire. Ça ne veut pas dire non plus que vous aurez une montée de lait plus importante, ou que vous serez obligée d’allaiter si ce n’est pas votre souhait.

On parle bien de l’écoulement d’un liquide clair et transparent, sans couleur et sans autres signes à côté. S’il y a en plus une douleur, une rougeur ou si le liquide est vert/jaune il faut aller consulter.

Je crois que j’ai eu pour la première fois du colostrum vers le sixième mois de grossesse. Je ne savais pas du tout ce que c’était, mais quand j’ai su ça nous faisait beaucoup rire de voir le colostrum couler quelques fois à des moments où on ne s’attend pas à voir son t-shirt se mouiller.

Retrouvez la suite de thème sur la grossesse dans le volume2 du prochain article, nous continuerons sur la question tant attendue : la sexualité durant la grossesse !

 Les carnets d’une sage-femme est présente sur les réseaux sociaux ! Donne astuces, conseils et répond à vos questions.

Mahala

Lescarnetsdunesagefemme

 

A propos Mahala

Jeune maman étudiante, passionnée, investie je veux partager mon expérience maternelle, les plus et les moins. De belles perspectives d'avenir sont en projet au plus grand plaisir des mamans et des touts petits.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s