Le cododo

Quelques semaines avant mon accouchement, j’ai rencontré une femme qui m’a donner un seul conseil pour mener à bien mon rôle de mère. Elle m’a dit qu’autour de moi je recevrais des « conseils », des « commentaires » sur comment faire, comment ne pas faire, et que la seule personne que je devrais écouter c’est moi. Elle m’a dit que tous les conseils ne sont pas bons à prendre, certains ne sont pas négligeables, mais que dans le fond il fallait que je me fasse confiance et que je ne doute pas de ma capacité à être une bonne maman. Aujourd’hui mon fils a dix mois, et je remercie cette femme d’avoir semer en moi quelques graines de confiance. Depuis la naissance de Léon il m’est arrivée de rencontrer plusieurs moments de solitude, des instants de réflexions, des moments de doutes. Ça n’a pas toujours été facile et ça ne l’est toujours pas d’entendre des remarques que je juge désobligeantes, décevantes, décourageantes et déplacées. Mais c’est comme ça, l’humain ne peut s’empêcher de « blablater ». Bref !

Mon Léon est né, je l’ai allaité, c’était une évidence pour moi et c’est tout naturellement qu’il a eu sa place dans notre lit. L’expérience du cododo commençait. Il y a plusieurs façons d’y procéder et diverses mentalités sur ce sujet. Il existe des berceaux adaptés de sorte à ce qu’ils soient collés au lit parental, il y a aussi la possibilité de mettre directement le lit de bébé dans la chambre ou encore (ça été notre façon) de faire une place dans le lit. Alors je préviens de suite que cette dernière possibilité peut être dangereuse pour les gros dormeur. Dans un sommeil profond vous pouvez sans le vouloir bouger et mettre en danger votre bébé donc attention ! J’ai eu la « chance » de pouvoir « dormir » d’un œil. Je ne trouvais jamais le sommeil profond, mon instinct me poussait à vérifier fréquemment que tout allait bien pour Léon. Cette pratique a pour ainsi dire, sauvé mes nuits. Quant aux mentalités, il y a une réelle division. Les partis pourraient être qualifiés de la même sorte que les dreyfusards et les anti dreyfusards. Nous pourrions dire par exemple; les cododotards et les anti cododotards….Ok c’est voté on va les appeler comme ça !

Donc les anti cododotards avancent des arguments tels que les dangers possibles qu’il peut y avoir (quand bébé est dans le lit ou dans le berceau collé), le déséquilibre psychique que peut développer l’enfant (surtout si le cododo sur des années, j’ai connu un enfant qui a dormi dans le lit parental jusqu’à ses sept ans) ou encore causé une instabilité au sein de la famille. Et bien je vais vous dire…ils n’ont pas tout à fait tort, mais pas tout à fait raison non plus ! D’un point de vue personnel, je pense que dans un cadre défini, le cododo peut bien se passer. Du côté des cododotards, les justifications sont plus basés sur le bien être (de l’enfant en autre autre), l’économie d’énergie (les réveilles nocturnes) ou encore la facilité pour s’occuper de bébé.

Ainsi, Léon a été dans notre lit jusqu’à ses six mois, et j’en tire de merveilleux souvenirs. Je revois mon tendre bébé se blottir contre moi, s’abandonner à moi et me donner toute confiance pour veiller sur lui. Je me revois lutter contre le sommeil pour admirer encore quelques minutes mon si beau bébé, scruter les moindres traits de son visages, les moindres réflexes. Malgré les critiques (pour certaines désobligeantes) j’ai toujours eu confiance en moi. Je ne me sentais pas prête à quitter mon fils, et lui non plus ne l’était pas. Je suis passée au dessus de tous ces commentaires blessant et j’ai écouté mon instinct de mère. J’ai persévéré. Je ne vous cache pas qu’il a fallu réorganisé nos moments d’intimité avec Johan. Je ne vous cache pas qu’il a eu peur de ne pas voir partir notre fils de notre lit. Mais j’étais persuadée au fond de moi que la séparation se passerait bien.

J’ai énormément parlé à Léon, et même s’il y a des sceptiques sur le pouvoir de la parole, je suis convaincue aujourd’hui que mon travail oratoire au près de lui y est pour beaucoup. Je lui ai toujours fait remarquer qu’il avait sa propre chambre avec son lit (dans lequel il a toujours dormi en journée pour la sieste) et que papa et maman avaient eux aussi leur chambre et leur lit. Je lui disais qu’il était nécessaire que nous nous préparerions à dormir chacun dans son lit. Mais je l’ai toujours rassuré en lui disant que j’attendrais qu’il soit prêt. Personne n’a cru en moi sur ce coup. Mais je leur ai donné tort. Plus on approchait de ses six mois, plus Léon se détachait physiquement de moi la nuit. Il me repousser pour avoir plus d’espace. Le jour de ses six mois, je lui ai dit qu’il passerait sa première nuit seul dans son lit, que tout irait bien, que je ne serais pas loin. La nuit de ses six mois, Léon a fait une nuit complète dans son lit. Pendant quelques jours je lui avais mis à disposition dans son lit mon coussin de manière à ce qu’il ai mon odeur avec lui. Il s’en est vit détacher pour laisser place à son doudou préféré; un pingouin.

J’ai vraiment aimé faire du cododo avec mon fils, à refaire je le referais sans hésiter. Mais tous les bébés ne sont pas aussi coopératifs. Quoi qu’il en soit, je retire de cette expérience de grandes leçons. Même si un bébé n’a pas la parole, il faut lui parler et lui faire confiance. Ce n’est pas parce que c’est un bébé que son quotidien est : manger, pipi, caca, dodo. Non c’est une personne avec des envies, avec des sentiments qui quand on l’écoute attentivement trouve un moyen pour se faire comprendre. Et surtout et le plus important à mes yeux, il ne faut pas se laisser atteindre par des critiques polluantes mais essayer de se faire confiance. Alors oui il m’arrive de faire des erreurs dans mon rôle de mère, j’apprends tous les jours comment m’occuper de lui, mais je suis plutôt fière de ce que je fais.

Le passage du cododo dans la vie d’un bébé n’est pas obligatoire, mais c’est vraiment sympa. Léon est aujourd’hui incapable de dormir dans notre lit, il préfère largement son lit avec ses doudous qu’il aime profondément.

Que vous soyez mère ou père; donner votre confiance à votre enfant. Il le mérite et vous étonnera de ce qu’il peut faire.

Mahala

Je n’ai pas de photo illustratrice du cododo. Quand je dors je dors ahaha.

A propos Mahala

Jeune maman étudiante, passionnée, investie je veux partager mon expérience maternelle, les plus et les moins. De belles perspectives d'avenir sont en projet au plus grand plaisir des mamans et des touts petits.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s