La parole aux papas !

Quand on parle grossesse on pense « femme », quand on parle accouchement on pense « femme », quand on parle enfant on pense « femme ». Il est évident que la femme à un rôle majeur et prédominant dans le processus de la grossesse, dans la vie de son enfant. Et pourtant, les papas sont là, ils vivent eux aussi la grossesse, l’accouchement, la paternité. Ils sont présent à nos côtés, nous supportent, nous aiment, nous font l’amour, aiment inconditionnellement ces enfants nés de nos unions. Ils sont pères et nous femmes et la société devons leur donner leur place. Ils sont à mes yeux des supers papas ! C’est avec un immense plaisir que trois papas m’ont donnés leur confiance pour nous parler aujourd’hui de leur paternité. Voyons à travers leurs yeux une autre facette de la parentalité !

Que les papas s’expriment ! : 

Mon premier super papa s’appel Lilo. Il est militaire, marié à Charlène, père de deux enfants, une fille 6 ans, un garçon 3 ans.

Comment as-tu vécu les grossesses de ta femme ? Comment as-tu confronté l’accouchement ? « Les deux grossesses ont été totalement différentes. Pour Heilani, j’ai pu suivre la grossesse. J’étais là, j’ai pu assister aux échos, aux cours pré natal. C’était trop bien j’ai pu avoir le visuel de ce qui se passait, j’ai pu mieux comprendre la grossesse. La première grossesse je l’ai vécu plus intensément, il y avait beaucoup de découvertes. Au moment de l’accouchement ça n’a pas été long ça a duré vingt minutes même pas mais j’ai eu beaucoup d’inquiétudes. C’est la première fois qu’on vit ça, on voit sa femme souffrir, j’avais mal au cœur pour elle, j’avais pitié pour elle. On est impuissant, tout ce qu’on peut faire c’est être à côté et lui tenir la main. J’avais beaucoup d’inquiétudes pour ma femme et mon bébé qu’au moment de l’accouchement j’ai eu un fou rire nerveux. La sage femme m’a dit que si je ne m’arrêtais pas je devrais sortir, mais c’était nerveux je ne me contrôlais plus !
Pour Nateo j’étais tout le temps en déplacement. La deuxième grossesse il y a moins de surprise on sait comment ça se passe, les échos se ressemblent. J’ai trouvé qu’il y avait moins de suivi de la part de la maternité quand on nous demandait si c’était une première grossesse ou non. Pour l’accouchement il y a eu quatre ou cinq heures de travail. Mais contrairement à Heilani, j’étais impatient. L’impatience de voir mon p’tit mec. Il y avait l’excitation de rencontrer mon fils Nateo. C’était vraiment deux réactions différentes. »

Qu’est-ce qui tas fait réaliser que tu étais père ?
« Les réveils la nuit m’ont fait comprendre « putain j’suis papa ». Les soirées avec les copains, les réveils le matin un peu plus dur, le fait de se lever le soir m’ont fait prendre conscience de mon rôle de père »

Comment te définis tu en tant que père ? Comment as-tu pris ta place de père ?
« Honnêtement je ne saurais pas exactement y répondre. Mais je suis un peu un père absent, (Lilo parle ici de son travail de militaire qui le contraint malgré lui de devoir partir en déplacement) l’éducation c’est beaucoup pour Charlène. Je ne les vois tellement pas que je suis beaucoup derrière eux. En comparaison avec Charlène qui a tendance à laisser de l’autonomie aux enfants, je suis protecteur. Un peu trop protecteur, pas dans le sens où j’ai peur pour l’enfant mais pour leur sécurité. Je suis aussi un papa complice, un papa gamin. Je ne veux pas qu’ils soient gâtés mais qu’ils ne manquent de rien. Mais si j’avais les moyens de les pourris gâter, oui je le ferais. »

Quelle relation entretiens tu avec tes enfants ?
« Je ne fais pas de différence entre Heilani et Nateo, avec l’un et l’autre c’est la même relation. Je fais les mêmes jeux avec les deux. Nani (surnom de sa fille) je l’habitue à faire des trucs de mec, mais attention c’est une vraie fille. Tous les trucs de fille c’est plutôt avec maman. Moi je ne fais pas de différence. Si je joue aux voitures avec mon fils et que ma fille veut y jouer, j’y joue aussi avec, c’est pareil dans le cas inverse. »

Quels conseils donnerais-tu à un homme qui se prépare à devenir père ?
« Pour la petite blague je lui dirais « fais une cure de soirées, parce que les soirées et la grasse matinée c’est fini, pareil pour les parties de jambes en l’air à l’improviste ! » Plus sérieusement, si ça peut paraître dur, si l’homme ramasse (avec les nuits courtes, les pleurs, les couches…) dis toi que la femme ramasse encore plus. Et pour ça t’as pas le droit de baisser les bras. Savoures, profites de chaque moment, gardes le courage, ça grandit trop vite. Des fois quand je veux jouer avec ma fille (six ans) elle me dit « non je veux jouer toute seule » et là je le vois, ma fille est grande. »

Merci à Lilo de m’avoir partagé un petit bout de sa vie de papa. Je te souhaite à toi et ta petite famille encore beaucoup d’amour, de joie, et de bonheur. Je vous aime.

Mon second super papa est mon Johan. Directeur d’agence, boxer il est père de deux enfants, Élise 8 ans, Léon 9 mois. 

Comment t’es tu préparer pendant la grossesse à devenir père ?
« Déjà c’est une expérience que je connaissais parce que je suis déjà papa d’une petite fille de huit ans, mais j’ai eu l’impression que c’était encore une nouvelle fois quelque chose de différent et de nouveau. On ne réalise pas trop, on voit aux premières échographies, on se rend compte de l’évolution, on se dit « tiens y’a un p’tit truc de moi qui est en train de pousser chez quelqu’un que j’aime fort et du coup qui va crée un mixte et qui va devenir une personne d’un mixte de nous deux ». Donc par rapport à ça tu te prépares en te disant : « bon il va arriver, c’est quoi le business plan, c’est quoi le plan affectif, c’est quoi le love plan ? Comment on va pouvoir venir et dire ; aller ce matin je me lève et demain j’suis papa. » Les neuf mois sont longs parce que t’as hâte mais finalement ça passe quand même très vite. Je pense qu’il n’y a pas vraiment de règles pour se préparer mais le tout c’est d’avoir de l’amour et à partir du moment où il y a de l’amour, de la bienveillance, de l’intelligence et du bon sens, on peut être prêt à être papa. »

Comment tu te situe dans ton rôle de père ?
« Protecteur, indicateur, affectueux, symbole aussi d’autorité, de jeux et aussi de bêtises bien sures. Mais avant tout quand même protecteur parce que c’est important de protéger son enfant, d’essayer de prendre les bons choix pour lui, et essayer surtout de lui montrer le bon exemple. Encore une fois y’a pas de règles mais je mets un point d’honneur sur le fait de montrer le bon exemple. Il y a des choses que tu faits quand tu n’as pas d’enfants que tu ne fais plus quand tu en as, parce que tu te dis « putain si il me voit le faire il va faire pareil » Tu essaies de faire de ton mieux pour qu’ils puissent être le plus épanoui possible et le plus heureux dans l’éducation que tu lui donnes. »

Comment as-tu pris ta place de père ?
« Je pense que ça se fait automatiquement sans être androgyne ou misogyne. La place d’un papa pour ma part est celle aujourd’hui la place de la dernière barrière entre guillemet, où tu vas galérer toi dans ton rôle de mère à comment faire quelque chose parce que t’es à bout, parce que t’es fatiguée, parce que tu te tapes beaucoup de travail avec le petit. De venir essayer de te soulager, de venir essayer de t’appuyer par rapport à ça, de venir essayer de jouer avec ton enfant, de crée ce lien. Mon rôle de père s’inscrit dans ce que je veux lui transmettre, dans ma place, également dans mon autorité, sans faire le macho. Le cadre doit être posé, chacun doit avoir son rôle, de mère, de père qui doit être instauré je pense dans la complicité avec l’enfant. »

Merci à Johan de m’avoir partagé sa vision de la paternité. Je suis très fière qu’il soit le père de mon fils. Je t’aime.

Mon troisième et dernier super papa est Daddy_athletic, entrepreneur, époux de Magali, père d’un petit Liam. 

Comment as-tu vécu l’accouchement de ta femme ?
« J’ai vécu l’accouchement comme un jeune homme entrant dans la cour des grands. Fini l’individualité je savais que dès sa venue tout allé changer. La rencontre avec un inconnu tant attendu. Dès les premières poussées de Magali je pleurais déjà. »

Quel a été le moment où tu as réalisé que tu étais père ?
« J’ai réalisé dès le premier regard j’ai soufflé et me suis dit « ouf ça y’est c’est parti il est en bonne santé et ma femme aussi » »

Comment concilies-tu travail et ton rôle de père ?
« Je travail pratiquement que de mon domicile donc dès que Liam dort ou joue avec sa maman je peux bosser c’est ça la puissance du marketing relationnel d’ailleurs si besoin n’hésitez pas lol. »

D’après toi qu’est-ce qui fait d’un homme un père ? Comment te définis tu en tant que père ?
« Ce qui fait un homme à mes yeux et mon sens sont les responsabilités ! On se doit de rendre heureux, transmettre de l’amour, lui apprendre et le conseiller au mieux ainsi que d’être un mari et pas qu’un père justement ! Soutenir tout le monde et se battre chaque jour afin d’avoir une vie de rêve, notre vie de rêve ! Je me défini comme complice, impliqué avec une forte complicité. Love de lui clairement mais moins patient que la maman. Il est toujours collé à moi. Papa toute la journée lol j’adore jouer avec dans les parcs et autre et lui faire des câlins, donc affectif. »

Quels conseils donnerais-tu à un homme qui se prépare à devenir père pour la première fois ?
« Mon conseil ?! Prépare-toi mon poulet ça décoiffe ! Plus sérieusement, donnes tout ce que tu as et écoutes ton cœur. »

Merci à Daddy_atletic de m’avoir partagé un extrait de son quotidien de papa. Je vous souhaite à toi et ta petite famille tout le bonheur, l’amour et la réussite du monde.

Après ces échanges remplis d’amour, je pense pouvoir dire qu’il y a bel et bien des super héros qui ne portent pas de cap. Les super papas ! Je mets réellement un point d’honneur à rendre légitime la place du père dans les foyers, mais aussi dans la société, car elle est à mon sens trop ignorée. Merci à tous les trois de m’avoir partagé vos ressentis sur votre paternité, vous avez chacun un magnifique foyer.

Les supers papas il y en a plein, sachez maintenant que vous êtes reconnu ! Nous femmes, essayons de mettre nos égos de côté le temps d’un instant pour regarder nos conjoints en compagnie de nos enfants. Voyons à quel point (certains d’entre eux) sont des supers papas !

A tous les supers papas, merci d’être là !

Mahala

lilo
Mon 1er super papa : Lilo et son adorable famille
Mon 2nd super papa : mon Johan et mon Léon
daddy athletic
Mon troisième et dernier super papa : @daddy_athletic et sa superbe famille

A propos Mahala

Jeune maman étudiante, passionnée, investie je veux partager mon expérience maternelle, les plus et les moins. De belles perspectives d'avenir sont en projet au plus grand plaisir des mamans et des touts petits.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s