Les écrans dans la vie d’un enfant

Nous vivons un siècle où les écrans s’imposent dans nos vies. Smartphones, tablettes, télévisions, ordinateurs, les écrans sont absolument partout. A moins que vous soyez encore détenteur du Nokia 3310, (bande de chanceux vous avez le jeu snake) il est difficile de ne pas croiser quelqu’un avec un écran dans les mains. Mais le pire c’est de voir tous ces jeunes enfants, pré-adolescents hypnotisés par ces écrans. Tout le monde a déjà croisé, ou connaît un enfant de moins de trois ans savoir déverrouiller un smartphone, ouvrir l’application souhaitée et se ramollir le cerveau devant. Je suis totalement contre ça !

Je ne dis pas que je suis la maman parfaite, j’ai déjà essayé une ou deux fois vers 6h du matin de mettre un dessin animé pour Léon. Il n’en a strictement rien, mais alors rien à faire. Vous savez pourquoi ? Parce que depuis sa naissance Johan et moi faisons un réel effort pour n’allumer aucun écran en sa compagnie, sauf cas d’urgence comme par exemple un coup de fil important. Mais sinon c’est hors de question. Pas de télé quand il est réveillé, pas de téléphones, ni tablettes. Non vraiment je suis fière de cet engagement parce qu’aujourd’hui, il a neuf mois et quand on essaie de lui montrer quelque chose sur un écran il ne montre aucun intérêt et préfère jouer autrement.

Lorsque nous nous sommes accordés sur cette forme d’éducation, nous n’avons pas véritablement chercher les bienfaits que cela pouvait apporter, mais surtout nous n’avions pas cherché pourquoi il était déconseiller d’exposer un bébé aux écrans. Un jour, lorsque j’attendais avec Léon dans la salle d’attente du pédiatre, je lisais comme à mon habitude les posters accrochés. C’était toujours les mêmes, et je lisais encore et encore à chaque visites. Ce jour là il y avait un nouveau poster, ça a été comme une révélation pour moi. Y était imprimé un explication détaillée de la formule « 3-6-9-12 » établit par le psychiatre, psychanalyste français Serge Tisseron. Qu’est-ce que ce schmilblick ?!

Je ne vais pas vous rédiger en détail cette formule, ce n’est pas non plus un exposé (jen ai fait assez), mais je vais vous donner les grandes lignes totalement compréhensible pour tout le monde.
Serge Tisseron préconise : « Avant 3 ans, jouez, parlez, arrêtez la télé » , « de 3-6 ans, limitez les écrans, partagez les en famille » , « de 6-9 ans créez avec les écrans, expliquez lui les écrans » , « de 9-12 ans apprenez lui à se protéger et à protégez ses échanges » , « après 12 ans restez disponible il a encore besoin de vous »

Voici donc les grandes lignes. Ces conseils sont véritablement de bons conseils. Un enfant exposé très tôt aux écrans peut s’identifié aux héros des programmes lui étant destinés. Alors certes certains d’entre eux ne sont pas trop mal, je pense notamment au Petit Prince qui aide son prochain avec amour. Mais qui a envie que son enfant se comporte comme un héro qui dans le programme est désobéissant, irrespectueux ou entreprend des actions dangereuses ? Si cela se produit chez certains enfants, ce n’est pas leur faute, c’est celle des parents qui doivent les cadrer. Combien de fois avons nous entendu des histoire de pré-adolescents/d’adolescents étant tombé dans un piège dangereux sur internet ? Beaucoup trop. Et puis, suivant les recherches de certains professionnels, un bébé exposé aux dessin animés (par exemple) n’est pas « calme » parce la télé a un effet relaxant sur lui. PAS DU TOUT ! D’après certaines recherches, le bébé en question est calme devant cet écran parce qu’il est intérieurement perturbé par toutes ces couleurs qui se propagent à une vitesse qu’il a du mal à suivre. Vous aurez compris ma position sur le sujet, mais cela ne reste que mon avis personnel.

J’aimerais aussi rappeler que nos enfants grandissent à une vitesse folle, ne perdons pas tous ces moments magiques en les abandonnant devant un écran. Stimulons leur imagination, créons ensemble des royaumes  dans lesquels ils seront chevaliers, rois, princesses. Découvrons ensemble le monde, la nature, apprenons à nous rouler dans la boue avec eux. Ce sont des instants inestimables, qui ne seront présents qu’en souvenir quand nos bébés seront grand. Personnellement, je ne veux pas avoir le souvenir de mon fils accroché à un écran. Je veux garder au fond de moi tout ce que nous partageons et partageront depuis qu’il est né. Nos promenades dans le jardin, nos jeux dans l’eau, nos découvertes botanique, les rires qui résonnent encore dans la maison, le calme d’un câlin familiale, le baiser du soir avant de s’endormir. Tout ces moments de bonheur valent mile fois le temps que j’aurais pu gagner, pour faire autre chose, si je l’avait mis devant un écran.

Alors les amis, cela ne vous coûte rien de partager un super instant avec votre enfant, vous en serez même récompensé. Avec Léon en ces temps-ci on joue beaucoup avec les chiens, il les sollicite sans cesse. Notre jeu du moment c’est faire des chatouilles à son père, il rigole à chaque fois. Et puis il aime que je fasse l’imbécile, quand nous sommes seuls à la maison le salon se transforme en karaoké, ma brosse en guise de micro j’interprète pour mon seul et unique fan toutes les chansons qu’il aime.

Voilà, je tenais à vous écrire sur ce sujet car il me semble important et trop peu prit en compte.

Je dois vous laisser, mon collaborateur de neuf mois m’appel !

Mahala

images
Image d’emprunt

A propos Mahala

Jeune maman étudiante, passionnée, investie je veux partager mon expérience maternelle, les plus et les moins. De belles perspectives d'avenir sont en projet au plus grand plaisir des mamans et des touts petits.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s