Devenir mère sans sa mère

J’ai longtemps réfléchis avant de vouloir vous écrire sur ce sujet. Je trouvais que c’était trop négatif, et je ne veux pas vous transmettre de négativité. Je souhaite qu’ici vous puissiez y trouver de l’amour et beaucoup d’ondes positives. Mais en méditant longuement sur le sujet, je me suis dis, que je pouvais forcément en retirer quelque chose de positif. Que pour une fois j’essaierais de voir le verre à moitié plein et non l’inverse. Qu’il s’agisse d’une mère qui n’est physiquement plus là ou d’une coupure causé par une querelle, la difficulté, à mon sens reste la même.
Ma mère et moi n’avons jamais été les meilleures amies du monde. Nous n’avons jamais entretenu cette relation mère/fille que j’aurais aimé avoir. Elle n’était pas ma confidente et nos rapports étaient parfois limités. J’ai pourtant essayer de créer un lien au delà de la parentalité. Peut être qu’elle n’était pas assez réceptive. Je ne sais pas. Cependant nous entretenions tout de même des rapports « normaux ». On échangez de temps en temps, elle m’envoyait des colis quand elle le pouvait. Mais, ça n’allait pas plus loin.

Quand je suis tombée enceinte en février 2017, j’ai éprouvée plusieurs sentiments. Et j’ai pensé à ma mère, j’ai pensé que cette grossesse serait l’évènement qui nous rapprocherait. Je l’imaginais suivre de près ma grossesse, moi l’appelant régulièrement pour lui demander des conseils, pour lui faire part de ce que je ressentais. J’avais cette partie de moi si heureuse d’être enceinte et de pouvoir partager ma grossesse avec ma mère. Et pourtant les choses ont fait que nos rapports se sont épouvantablement dégradés. Il y a eu des mots terribles à entendre qui ont longtemps résonnés dans mon esprit. Nous sommes allés jusqu’à l’évènement qui a marqué notre séparation. Des paroles impardonnables, des actes décevant. Je ne pourrais pas dire l’état dans lequel elle se sentait au moment des faits, mais pour ma part, j’ai été anéantie. Je crois que jusqu’ici on ne m’avait jamais autant fait de mal. Je décide alors de couper tout contact avec ma mère. Je ne voulais pas polluer ma grossesse, mon bébé.

Durant ma grossesse j’ai malheureusement eu des échos de ses commentaires sur moi, sur mon bébé. La querelle n’était, à mon grand désespoir, pas terminée. Pendant les premiers mois de ma grossesse, j’ai été réellement triste. J’ai versé beaucoup de larmes. J’avais indéniablement envie et besoin de ma mère à mes côtés pendant cette aventure. Mais elle n’était pas là, et continuait à me blesser. Je m’accrochais à l’idée qu’il me fallait ma mère à mes côtés, que ça m’étais nécessaire. J’ai véritablement souffert de cette séparation et de ses critiques. Un jour, vers la fin de ma grossesse, j’ai eu l’esprit plus claire. J’avais décidé de plus nous laisser (Léon et moi) atteindre par la personne toxique qu’était devenue ma mère à mon égard. A partir de ce moment j’acceptais de devoir mettre au monde mon fils, de devoir l’éduquer sans ma mère. Je deviendrais mère sans elle. Ca n’a pas été facile tous les jours, aujourd’hui ce n’est qu’un mauvais souvenir.

Octobre arrive et notre petit Léon entre dans nos vies, Johan et moi sommes les plus heureux. Les mois passent, bébé grandi. Je fais face à certains moments difficiles de ma vie de mère, tels que les coliques, les dents, le siège (les fesses) rouges etc.. Et dans ces moments là j’aurais aimé pouvoir me tourner vers ma mère pour qu’elle puisse me rassurer, m’aider, me conseiller. Elle n’était pas là, j’ai fais sans. J’ai la chance d’avoir le père de mon fils très investi dans son  rôle. Dans ma solitude maternelle, je ne l’étais pas vraiment.

Aujourd’hui je suis plus sereine dans mon rôle de maman au près de Léon, et je ne pense plus à l’absence de ma mère. Je pense au foyer que j’ai fondé. Je ne suis plus triste de ne plus l’avoir dans ma vie, je suis en paix avec moi même. Mais je sais qu’il y a des femmes qui traversent et qui traverseront ce que j’ai vécu, et j’aimerais leur dire que tout ira bien. Il y a une maman en chacune d’entre nous qui ne demande qu’à être exploitée au profit de nos enfants. Léon façonne de jour en jour la mère qui est en moi, et je le remercie de me donner confiance en moi, de me regarder avec des étoiles dans les yeux, de m’interpeller pour jouer avec lui.

J’ai un fils en bonne santé avec des cuisses que l’on pourra peut être manger pour noël (je rigole), déterminé, curieux, courageux, aimant mais surtout aimé. Je peux dire que j’ai réussi mes premiers pas en tant que mère et cette montagne je l’ai gravit sans la mienne. Ma décision est personnelle, je n’incite personne à faire de même. Chaque relation est différente, pour ma part j’ai jugé vital de m’éloigner de cette relation toxique qui s’était installée.

Je suis une maman étudiante, bloggeuse, toutes mes cartes ne sont pas encore en jeu. J’ai encore pleins de projets. Je n’ai pas obtenu le soutien de ma mère, ni de certaines personnes de ma famille, mais je n’en suis pas/plus déçue pour autant. J’ai le soutient de mon foyer, de Johan, de mon fils, de mon père.

Je pense qu’il ne faut pas prendre une décision aussi radicale que la mienne pour une « simple » querelle, mais il faut savoir reconnaître les relations toxiques et s’en sortir pour mieux vire. C’est un message démunie de mauvaises pensées, c’est un message d’amour pour vous dire que l’on peut devenir mère sans l’aide de quiconque, ou alors entourée des bonnes personnes. A mes yeux la famille (de sang) ne veut plus dire grand chose, car j’ai reçu le soutien et l’amour de personnes qui n’ont font pas parties et qui sont encore présent aujourd’hui.

Devenir mère est un travail de tous les jours. Toutes les femmes ont sont capables.

Je retire de ma maternité solitaire (sans ma mère) une très belle expérience. Je suis à 100% investie et imagine sans cesse de nouvelles astuces pour m’occuper comme il faut de mon fils.

A Léon,

Mahala

IMG-2165
Léon trois mois et moi au circuit Paul Ricard

A propos Mahala

Jeune maman étudiante, passionnée, investie je veux partager mon expérience maternelle, les plus et les moins. De belles perspectives d'avenir sont en projet au plus grand plaisir des mamans et des touts petits.

4 réponses

  1. Gaelle

    Je suis triste de savoir ça. Je ne pensais pas que les ponts étaient coupes. D ailleurs je n avais jamais ressenti cette relation difficile entre vs. Mais maintenant l important c est que tu sois épanouie dans ton rôle de maman. Le reste importe peu.

    Aimé par 1 personne

  2. Mataarere

    Je viens vers.toi ma belle pour te félicité tu as su surmonter tous ça et je peu te dire que j’ai vécu la.meme chose que toi enfanter seule.sans.ma.mere et c’est vrai que grâce à.nos bbs on n’en sort plus fort heureusement qu’il sont la pour nous faire remonter vers la surface même si defois c’est très dur de ne pas avoir le.soutien de certaines personnes qui nous sont.devenue néfastes mais bon la vie elle continue grâce à nos enfants .Retiens ça c’est le plus important je te fait de gros bisou nana bisou a bb.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s