Gérer la poussée dentaire.

Nous y sommes ! Quelle calamité tout de même. Léon a eu ses premières dents à quatre mois, les deux incisives du bas. La poussée s’est faite « les doigts dans le nez » pourrait on dire.

Mais là nous faisons face à une poussée dentaire particulièrement éprouvante, tant pour lui que pour nous. On m’avait déjà dit que les dents du haut faisaient plus mal et je veux bien le croire.

Léon qui faisait de bonnes nuits, et qui d’habitude est un bébé vraiment cool est en ce moment réellement difficile, mais je ne lui en tient pas rigueur, je sais qu’il a mal. Ses journées et ses nuits sont un peu (beaucoup) perturbées. Mais je me console en me disant que ça va vite passer. Et puis… oh c’est lui qui souffre et c’est mon devoir de le soulager, le soutenir et l’accompagner ! C’est pas facile la vie d’un bébé quand même.

Alors ces derniers jours mes meilleurs amis sont le doliprane, le camilia et le dolodent. Je dois dire que ce trio apaise beaucoup bébé. Le froid lui fait du bien aussi. Alors on fait comme on peu.

C’est véritablement une dure période, voire plus compliquée que celle des coliques et Dieu sait que les coliques sont éprouvantes. Alors parce que je suis de bonne humeur et que j’aime mes lecteurs je vais vous dévoiler un secret ! La recette des ingrédients nécessaire pour traverser la poussée dentaire (peut être en lisant vous vous dites que ce n’est pas un sujet hyper hyper excitant mais quand vous arriverez à cette période j’espère que vous concocterez ce super mélange).

  • Notez bien :
  • – Une pipette de doliprane dosée à la bonne masse de bébé
  • – Un abus d’amour
  • – Des louches (à n’en plus finir) de bisous tendres
  • – Beaucoup d’imagination pour aider bébé à ne plus penser à ses dents (oui oui il y pense, dans ses moments d’ennuis il touche ses dents…aïe)
  • – Un jouet spécial pour les dents
  • – Toujours et encore des cuillères à soupe de tendresse
  • Et enfin le plus important
  • – Une dose infinie de patience
  • Je vois votre petit sourire au coin de la bouche, perplexe entre le « roh mince j’attendais une vraie recette moi » et cette évidence qu’il n’en existe pas. Comme dans quasiment tout ce qui régis la vie d’un bébé, les ingrédients majeurs sont l’amour et la patience.
  • Nous avons décider de garder nos bébés, à nous de nous rappeler qu’il n’ont rien demander. À nous de nous imposer un cadre et de les accompagner dans les premières années de leur vie. À nous d’être parents, de les aimer.
  • Cette période finira par passer et même si cela nous paraît long et fatigant n’oublions pas que c’est bébé qui en souffre le plus.
  • De mon côté je suis presque sur la fin.
  • À mon tendre Léon qui est courageux,
  • Mahala
  • A propos Mahala

    Jeune maman étudiante, passionnée, investie je veux partager mon expérience maternelle, les plus et les moins. De belles perspectives d'avenir sont en projet au plus grand plaisir des mamans et des touts petits.

    Répondre

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

    Photo Google

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

    Connexion à %s