Retour sur ma grossesse !

J’entame l’écriture de ce récit avec sur mes genoux un assistant de huit mois plutôt…. très dynamique.

Ce soir j’ai envie de me remémorer avec vous quelques évènements marquant et merveilleux vécu durant ma grossesse.

Lorsque j’ai appris que mon petit Léon s’était confortablement installé dans mon ventre, j’étais déjà à un mois de grossesse. Contrairement à beaucoup de femmes ce n’est pas un retard de règles qui nous a mit « la puce à l’oreille ». Ce sont mes émotions et ma façon d’y réagir qui ont poussé mon cher et tendre à me proposer de faire un test de grossesse. D’après lui j’étais particulièrement à « cran ». (Le pauvre)

Test de grossesse positif, prise de sang positive, aucun doute je suis bel et bien enceinte. Nous voilà en route pour cette grande aventure semblable à une montagne russe.

Je n’ai pas réalisée de suite que j’étais enceinte, à l’échographie de datation Léon ressemblait à un petit haricot. Autant dire qu’il ne ressemblait pas à grand chose je n’avais donc pas conscientisée qu’à présent je n’étais plus seule dans mon corps. Il m’aura fallu attendre la première échographie, pour me rendre à l’évidence. J’étais enceinte !!  Et comme beaucoup de femmes je suis passées par une multitudes de sentiments; joie, peur, excitation, stress…

Après avoir réalisée et acceptée ma grossesse je l’ai vécu pleinement. Je me suis laissée m’épanouir. Je me suis laissée guider par mes envies culinaires, autant vous dire que je n’ai jamais autant bien mangé que pendant ma grossesse ! L’intensité de ma grossesse me laisse un brin de nostalgie.

Vers la fin de ma grossesse, que je qualifierais de plus intense que le début, nous avons entrepris un voyage à moto. Vous avez bien lu, j’allais sur mon septième mois et j’ai fais de la moto. (en tant que passagère) Le voyage s’est bien passé, il faut dire que Johan est bon conducteur. Nous avons séjournés dans des petits villages tels que Venasque, La Roque d’Anthéron ou encore Gordes le lieu qui nous a le plus marqué.

A Gordes nous avons visités l’abbaye de Sénanque, pour ceux qui connaissent il est difficile d’y accéder car il n’y a qu’un chemin pour y aller. Cependant l’endroit est magnifique et reposant. Il y a des champs de lavandes à perte de vue. En pleine visite des lieux, un guide vient nous informés que nous ne pouvons plus quitter le domaine à cause « d’un départ de feu ». Nous ne nous inquiétons pas plus que ça sur le moment puisqu’il s’agit seulement « d’un départ ». C’est en se rendant dans le jardin de l’abbaye et en voyant bien distinctement les flammes que nous avons compris qu’à présent nous étions loin du départ. La direction décide de fermer complètement le domaine avec les touristes à l’intérieur de peur que le feu ne nous atteigne à cause du vent. Nous avons patientés des heures avant que l’on vienne nous évacués. Ce fut réellement une journée très longue pour tout le monde, les touristes et le personnel.

A notre retour de vacances, mon septième mois entamé, c’était au tour de notre Léon de nous faire peur. Evidemment ce petit coquin avait décider de pointer le bout de son nez. Contractions, col ouvert, l’équipe médicale de la maternité décide de me mettre sous perfusion, le but étant d’arrêter les contractions, et de m’aliter jusqu’à ce que Léon ne soit plus considéré comme « prématuré ». Entre nous il n’aura pas attendu longtemps après mon hospitalisation pour venir au monde. Il est né avec trois semaines d’avance après quinze heures de travail.

Je n’ai jamais connue une douleur plus forte que celle ressentie lors de mon accouchement. Mais au moment où je l’ai serré contre moi j’avais déjà tout oubliée et était enfin prête à devenir sa maman.

Ma grossesse a été belle. Elle a été belle parce que je me suis abandonnée à elle. J’ai acceptée de cohabiter avec mon fils dans un seul et même corps pendant presque neuf mois. Et certaines le comprendront, ce n’est pas chose facile. Parler à mon bébé et à Johan pendant ces mois m’a beaucoup aidé.

A toutes ces femmes qui ressentent un profond mal être, quel qu’il soit pendant la grossesse, extériorisez le. Parlez et parlez à votre bébé. La grossesse est une condition étrange, mais avec du recul, il n’y a rien de plus beau que de pouvoir porter la vie en soi. Je n’ai pas toujours aimé être enceinte mais j’ai appris, et aujourd’hui j’en tire un formidable souvenir.

Maintenant je dois vous laisser sur ces quelques notes de souvenirs, mon assistant de huit mois m’appel.

Très prochainement, je vous écrirez sur les trois premiers mois de la vie de Léon. Nous parlerons retour à la maison, pleurs, coliques, début de l’éveil.

Avec tout mon amour, à mon fils,

Mahala

mahala photo

A propos Mahala

Jeune maman étudiante, passionnée, investie je veux partager mon expérience maternelle, les plus et les moins. De belles perspectives d'avenir sont en projet au plus grand plaisir des mamans et des touts petits.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s